Les 5 choses que vous devez faire quand vous échouez

Il n’y a aucun moyen d’atténuer le sentiment déchirant et douloureux que nous ressentons lorsque nous échouons sportivement, professionnellement ou personnellement. Surtout quand c’est quelque chose qui nous passionne profondément. Quelque chose en quoi nous croyions de tout cœur. Quelque chose pour lequel nous avons consacré notre temps, notre sommeil, notre argent et notre âme.

Le pire, c’est de vivre à une époque où tout le monde semble se vanter de ses succès. Sur Instagram, nous voyons des milliers de personnes qui semblent passer sans effort d’un projet réussi à l’autre, et le faire avec facilité.

L’échec peut laisser certaines personnes terrifiées à l’idée de tenter une autre expérience dans le noir, et d’autres ne le font jamais. Leur échec devient une fin. Malgré la gêne et le chagrin que vous pouvez ressentir, l’échec signifie que vous avez essayé de créer quelque chose de plus grand que vous-même. Quelque chose qui vous a mis au défi et vous a poussé à aller au-delà de vos limites. Peut-être que vous n’aviez pas ce qu’il fallait pour y arriver cette fois. Mais vous êtes beaucoup plus proche que quand vous avez commencé.

L’échec n’est pas une fin en soi. Ce n’est que le début. Vous vous rétablirez, mais ça peut prendre du temps. Nous avons aussi connu des échecs dévastateurs par le passé.

Mais nous avons constaté que le fait de faire au moins l’une de ces cinq choses nous a beaucoup aidés à passer à autre chose et à aller de l’avant :

1.  Laissez tout s’exprimer.

Lorsque l’échec semble si grand, il peut être difficile de partager vos pensées et vos craintes avec ceux qui vous entourent. Vous allez vouloir du temps – du temps pour vous éloigner de votre projet et vous emporter dans une somnolence. C’est bien et ce n’est pas grave de se sentir mal, mais il vous faudra aussi du temps pour décompresser. C’est là qu’intervient le logbooking.

Il y a quelque chose de thérapeutique dans le logbooking. Notez tout ce que vous avez en tête : vos peurs, où vous vous êtes trompé, ce que vous avez détesté et ce que vous avez aimé.

Vous constaterez qu’une fois que vous aurez tout écrit, vous commencerez à vous rappeler les bons moments : les choses que vous avez aimé faire, ce que vous ne pouvez pas abandonner malgré la fin de ce projet.

En écrivant tout, vous aurez l’esprit plus clair. Cela vous aidera à mieux comprendre votre raisonnement, quels étaient les problèmes et où vous pensez pouvoir aller à partir de là.

2. Faites des WODs qui vous motivent et qui vous challengent !

Vous aurez instinctivement envie de vous recroqueviller et de vous cacher dans votre lit ou sur le canapé. L’échec nous fait nous sentir coincés et paralysés. Nous avons peur et nous nous sentons impuissants, alors nous nous figeons et nous restons incapables de bouger. Mais à un moment donné, vous devrez vous lever et bouger. C’est pourquoi nous avons plus que jamais besoin d’exercice pendant cette période.

L’exercice stimule notre humeur et soulage notre anxiété. C’est une forme de distraction dont nous avons désespérément besoin quand nous connaissons l’échec. En poussant notre corps dans la difficulté et l’intensité, cela permet à notre esprit d’errer, de passer au crible nos autres options et de trouver de nouvelles idées d’une manière organique.

3. Réfléchissez à votre échec.

Une fois que vous aurez décompressé dans votre logbook et à l’aide d’exercices, il vous sera plus facile de réfléchir à votre échec. Il est important de réfléchir à ce qui a mal tourné, mais de ne pas s’y attarder. Si vous vous attardez, vous allez interpréter ces erreurs comme un échec personnel qui mènera au « […] doute de soi et au stress pour activer et renforcer les réseaux nerveux involontaires et réactifs de votre cerveau. À mesure que ces circuits deviennent des réseaux automatiques, le cerveau réussit moins bien à résoudre les problèmes et à contrôler les émotions », explique Judy Willis, neurologue.

En d’autres termes, vous ne serez pas en mesure de penser clairement à votre prochain plan. Ne vous contentez pas de penser à votre échec pendant cette période, mais lisez les échecs de certaines des personnes les plus célèbres pour vous rappeler que l’échec fait partie de l’équation du succès.

« Pour augmenter ton taux de succès, augmente ton taux d’échec. »

4. Élaborez un plan.

Concentrez-vous sur votre avenir en élaborant un nouveau plan. Vous savez maintenant ce qui s’est passé avant, donc vous êtes mieux armé. Demandez-vous quels sont vos objectifs maintenant. Ce que vous voulez éviter de faire. Comment vous pouvez améliorer les choses par rapport à avant. Construisez un cadre squelettique plus solide, établissez de grands objectifs et décomposez le tout en petites étapes.

5.  Commencez petit.

Les premiers pas dans le jeu vous donneront un sentiment de méfiance, alors commencez petit. Abordez d’abord les petits objectifs pour gagner ces petites victoires et devenir plus fort avec chaque objectif atteint. L’échec vous a armé pour relever un nouveau défi.

Quelle autre option existe-t-il pour se relever ?

Passez par ces 5 étapes et nous vous garantissons que vous ne le regretterez pas.

Parce que vous savez ce qui est pire que l’échec ?

C’est regarder en arrière sur votre vie dans 20, 40, 50 ans et savoir que vous avez abandonné par peur. Qu’il s’agisse de la peur d’échouer de nouveau, de paraître pathétique aux yeux des autres ou de se démarquer, c’est néanmoins la peur.

C’est dur de faire quelque chose de différent. Ça l’est vraiment. Cela peut parfois être solitaire et frustrant, mais demandez-vous si vous voulez avoir 80 ans, sachant que vous avez choisi de vous fondre dans la masse des autres parce que vous aviez trop peur d’échouer à nouveau ?

Nous avons fait notre choix… et vous ?